À la Une

Réunion linky info du 16 Janvier 2019

Grasse: Le compteur linky arrive dans votre ville prochainement 

Salle polyvalente de Saint Jacques à Grasse

 réunion du 16 janvier 2019 à la salle polyvalente de Saint Jacques à Grasse

 

présentation linky l'envers du décor

présentation linky l'envers du décor sommaire

Article Nice Matin du 8 Février 2019

Linky réunion st jacques Nice matin

 

Source ICI

Côtes-d’Armor : Agressé par un installateur de compteur Linky, il porte plainte…

Jean-François Chenu a été agressé par un installateur de compteur Linky, après avoir surpris ce dernier sur sa propriété, sans son autorisation, à Lanrivain, près de Guingamp.

Jean-François Chenu, habitant au Guiaudet à Lanrivain, montre le compteur Linky qui a été installé sur sa propriété, sans son autorisation.

Choqué, traumatisé et surtout très en colère. Jean-François Chenu, habitant de Lanrivain, au sud de Guingamp dans les Côtes-d’Armor, n’en revient toujours pas.

Mardi 18 août, aux alentours de 10h30, il a été victime d’une agression de la part d’un technicien envoyé par un prestataire d’Enedis pour installer, sur sa propriété, un compteur Linky.

Il raconte : « J’étais chez moi, lorsque j’ai vu deux véhicules, garés devant la chapelle, juste en face. J’ai d’abord pensé à des touristes, mais ne voyant personne près de la chapelle, je me suis douté de quelque chose. »

Jean-François, inquiet, se dirige donc vers la station de pompage présente sur son terrain, qui alimente en eau potable douze maisons au total au lieu-dit Le Guiaudet.

Une très mauvaise surprise

Il a la mauvaise surprise de découvrir à l’intérieur un technicien, travaillant pour un prestataire d’Enedis, en train d’installer un compteur Linky en lieu et place de son ancien compteur.

« Après être entré sans mon autorisation sur ma propriété, il avait fracturé la porte de la station de pompage, qui était pourtant fermée à clé, et il était tranquillement en train d’installer un nouveau compteur ! Je n’en croyais pas mes yeux ! »

Restant malgré tout très calme, Jean-François demande au technicien : « Vous n’avez rien à faire là, qui vous a donné l’autorisation d’entrer ? »

Un violent coup de poing

L’homme, visiblement surpris, lui répond alors : « J’ai le droit d’être ici, c’est Enedis qui m’a envoyé pour changer le compteur ». Puis, agressif face à l’insistance du propriétaire des lieux, il s’avance vers Jean-François et lui porte un violent coup de poing à l’épaule gauche.

Ne souhaitant pas entrer dans une escalade de violence, Jean-François préfère s’éloigner, mais ne compte pas en rester là.

Dès le lendemain, il va porter plainte pour agression à la gendarmerie de Rostrenen. Il se rend également chez le médecin, pour faire constater sa blessure à l’épaule et son traumatisme psychologique.

« Le médecin a constaté l’hématome sur mon épaule, mon état de choc psychologique et m’a accordé sept jours d’ITT », explique-t-il.

Jean-François ne décolère pas depuis : « Je trouve incroyable que dans notre pays, on puisse rentrer sur la propriété de quelqu’un, sans avertissement, en passant pas des chemins détournés, pour ensuite le frapper lorsqu’il vous demande des comptes. C’est hallucinant et inacceptable. Je ne suis pas procédurier de nature, mais là, il était évident pour moi qu’il fallait porter plainte. Je ne vais pas en rester là. »

L’histoire de Jean-François Chenu rappelle celle de Fabien Le Berre, jeune habitant de Saint-Péver qui avait dénoncé l’installation forcée d’un compteur Linky, chez lui, en août 2019.

La réponse d’Enedis

L’entreprise Enedis, interrogée sur cette affaire, affirme qu’elle condamne « tout comportement inapproprié de la part des techniciens en charge du remplacement des compteurs ».

Voici la réponse complète d’Enedis : « Nous avons pris connaissance de ces affirmations par voie de presse et nous sommes étonnés que notre client n’ait pas contacté notre service clientèle pour signaler cet événement. Nous allons bien entendu instruire cette réclamation sans attendre. Enedis condamne tout comportement inapproprié qui serait réalisé par les techniciens en charge du remplacement des compteurs électriques. Dans la commune de Lanrivain, 226 clients ont déjà bénéficié du remplacement de leurs anciens compteurs. »

Source ICI

 

Un compteur Linky à l’origine d’un incendie d’une maison.

C’est a 7 h 30, ce vendredi 7 août au matin, qu’un feu s’est déclaré dans l’habitation de Sylvana Rozues, au lieu-dit « La Bordère », à Cassaigne.

Gers (Sud-Ouest)

Les sapeurs-pompiers de Condom et Gondrin, rapidement sur les lieux, n’ont pu que constater les dégâts.

« Quand nous sommes arrivés, il y avait des flammes de plus de dix mètres », a déclaré le chef de corps, toute la maison d’habitation de 120 m2 était détruite, nous n’avons pu que sauver le logement attenant ».

D’après la propriétaire des lieux, le feu est venu du disjoncteur du compteur Linky (jaune) installé par Enedis, il y a trois mois.

Le compteur a disjoncté, c’est en le réenclenchant, l’appareil étant situé dans la maison que tout a pris feu d’après la propriétaire sous le choc.

« Cela faisait 35 ans que nous habitons ici, une maison refaite à neuf qui est partie en fumée en seulement quelques minutes ! »

Source ICI

Linky : une habitante crie à la « violation de domicile »

Jacqueline Monod estime que l’intervention d’un sous-traitant d’Enedis qui a pénétré au sous-sol de la copropriété pour installer un compteur numérique s’est déroulée en dehors de la loi.

Munster en particulier, comme le stipule une information succincte publiée sur le site de la commune. Jacqueline Monod ne décolère pas depuis l’intervention d’un employé de la société Solutions 30. C’était le 30 juin au matin. Cette locataire résidant dans une copropriété de trois logements rue des Vosges à Munster occupés par une autre locataire et, sporadiquement par la propriétaire, était absente ce matin-là mais pas sa voisine et la propriétaire. Dans ce cas, la porte donnant accès à la cage d’escalier et au sous-sol n’est pas fermée à clef ; c’est le cas lorsqu’au moins un occupant est présent.  « Il n’y a pas eu de coup de sonnette », selon  Mme Monod qui se base sur le témoignage de la voisine qui aurait aperçu l’installateur « par hasard quand il est remonté de la cave ». Il aurait juste dit avant de s’éclipser : « J’ai posé le compteur ».

Jacqueline Monod estime qu’il y aurait eu manifestement « violation de domicile ». Sollicitée 48 heures plus tard, la gendarmerie a refusé d’enregistrer sa plainte. Locataires et propriétaire de la maison ont-ils été avisés du passage d’un employé de Solutions 30, sous-traitant luxembourgeois d’Enedis ? Bien sûr. À deux reprises, Jacqueline Monod a été informée de l’installation prochaine du compteur Linky, qui relève les consommations des parties communes. Quinze jours précédant l’intervention, elle a reçu un ultime message (par SMS) signalant que le déploiement s’opérait dans son quartier…

« On dispose de moins en moins de liberté  »

« Mais, je n’en veux pas de ce compteur », martèle la retraitée qui aurait avisé Enedis de son choix « politique » bien avant le déploiement du compteur dans sa commune. Elle met en avant la dangerosité du compteur, la suppression d’emplois liée à l’automatisation de la collecte des données de consommation, et le « bon fonctionnement » de l’actuel compteur électrique implanté dans son logement. « Des milliards pour remplacer des compteurs qui fonctionnent très bien, je ne comprends pas ». Au-delà de son point de vue sur le compteur Linky qui met en émoi des milliers de consommateurs en France, cette Munstérienne estime que l’opérateur Enedis lui impose un compteur numérique dont elle ne veut pas entendre parler.

« On dispose de moins en moins de liberté et cela d’une manière insidieuse. Il est hors de question que le Linky soit installé dans mon logement ». De temps à autre, un passant ou des touristes s’arrêtent devant le panonceau installé sur la palissade de la propriété. D’une belle écriture régulière, Jacqueline Monod dénonce notamment le comportement de « l’empire Enedis » et achève son coup de gueule par trois mots suivis d’un point d’interrogation : « Sécurité, liberté, démocratie ».

source ici

Linky : une électrosensible gagne en appel contre Enedis

La cour d’appel de Grenoble a condamné Enedis pour violation du principe de précaution. C’est une première en France. Une victoire pour Marie-Christi­ne Dubois, électrosensible, qui ouvre des perspectives.

C’est une nouvelle victoire, celle d’un petit face à un géant, d’un particulier face à Enedis. Marie-Christine Du­bois. électro-hypersensible (EHS) avait saisi, en juin 2019, le juge des référés de Grenoble, refusant l’installation à son do­micile d’un compteur Linky.

Le tribunal a tranché en sa faveur, reconnaissant sa pathologie.

Sans surprise, Enedis a fait ap­pel. Or, dans un arrêt du 10 mars2020, non seulement la cour d’appel de Grenoble a confirmé les mesures protectri­ces ordonnées par le juge des référés mais, surtout, elle a con­damné Enedis pour violation du principe de précaution. « Cette condamnation est exemplaire, affirme maître Ar­naud Durand, avocat au bar­reau de Paris. C’est la première à hauteur d’appel en France et la dixième tout niveau de juri­dictions confondus », souligne l’avocat au service de la plateforme d’action collective MySmartCab pour assigner Enedis en justice.

« J’éprouve un soulagement et un sentiment de confiance en la justice, dit M“ Dubois qui vit avec son conjoint à Saint Martin-de-la-Cluse (Isère). Le juge a confirmé qu’ Enedis ne pourra pas installer à notre domicile un compteur Linky ».

Elle devra assurer une distribution d’électricité exempte de tout courant porteur en ligne de type Linky, y compris en provenance du voi­sinage. « Cette décision va pou­voir venir en aide à toutes les personnes EHS ». espère-t-elle.

Selon le dernier rapport de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimenta­tion. de l’environnement et du travail), 3 millions de Français sont touchés.

Les EHS dans un isolement comparable au confinement

Pour éviter ou réduire maux de tête, vertiges, insomnies elles doivent, comme la plaignante supprimer toutes les sources de rayonnements électromagnétiques, les ondes des té­léphones portables, les wifi dans les magasins ou les trans­ports, les restaurants, couper l’alimentation électrique d’une partie de la maison, ou encore dormir sous un baldaquin anti ondes.

Beaucoup de personnes EHS vivent déjà au quotidien ce confinement

L’avis de deux médecins du tra­vail et un courrier de l’Agence régionale de santé reconnais­sant son électro hypersensibilité ont, par deux fois, convaincu les juges –

Enedis minimise les émissions de champs électromagnétiques liés à la technolo­gie du CPL du compteur Linky.

De fait, l’arrêt précise bien que « le principe de précaution doit s’appliquer lorsque l’évaluation scientifique ne permet pas de déterminer le risque avec suffi­samment de certitude». Enedis dispose de deux mois pour se pouvoir en cassation.

Maître Arnaud Durand, qui a défendu M“* Dubois, est au ser­vice d’une action collective con­tre Enedis.

l’Anses, agence de santé pourtant sous tutelle gouvernementale, reconnaît des “incertitudes sur les effets sanitaires pour les fréquences mises en œuvre [par Linky]”. Plus de 3 000 personnes sont reconnues avoir des problèmes délétères liés aux électromagnétique. c’est le premier arrêt d’un compteurs à CPL en france par un jugement du tribunal, (on parle jurisprudences).

Le groupe Enedis -EDF se comporte comme un rouleau compresseur dont la trajectoire est dictée par ses intérêts finan­ciers. Il s’emploie à déployer son compteur CPL via la “G3 PLC Alliance” (autre nom du Linky) un peu partout dans le monde, on parle de dizaines de milliards d’euros.

Dans la région Valence et Privas L’avocat d’ Enedis était un an­cien directeur de cabinet du mi­nistre de la Justice, ce qui est préjudiciable vis à vis des demandeurs qui ont été déboutés a ce jour.

Enedis a trois mois pour se pourvoir en cassation.

Source ICI

Incendie : un compteur LINKY explose dans la nuit à Roquevaire (13) Bouches-du-Rhône.

A trois heures du matin, les propriétaires ont entendu une série d'explosions. / © Sylvie Depierre / FTV

Dans la nuit de jeudi 11 à vendredi 12 juin, un compteur d’électricité Linky a explosé. Fort heureusement il se situait à l’extérieur du domicile de ses propriétaires, dans un lotissement de Roquevaire, dans les Bouches-du-Rhône.

Ils ont d’abord été réveillés, par un crépitement suspect. Il est 3 heures du matin, dans le lotissement Le Canet à Roquevaire. Anne Lupo et son mari sortent de leur domicile, pensant que leur véhicule est en feu.

Mais c’est le compteur d’électricité Linky, qui explose alors : « Les explosions ont commencé, ça n’a pas arrêté. A chaque explosion de plus en plus fumée, et les flammes montaient de plus en plus haut, raconte Anne Lupo, encore sous le choc, c’était très impressionant ! »

Très vite, les pompiers des Bouches-du-rhône interviennent, ainsi qu’un technicien sous-traitant d’Enedis. C’est le groupe chargé de l’entretien du réseau d’électricité en France.

Par mail, la direction d’Enedis précise que l’incident électrique s’est produit « en amont du compteur sans aucun lien avec celui-ci. En fait, c’est la grille de repiquage qui alimente le comptage du client qui a pris feu« .

Le groupe ajoute également, qu’alors que deux foyers sur trois sont équipés de compteurs Linky, « toutes les expertises indépendantes réalisées lors d’incidents d’origine électrique (…) ont formellement démontré qu’aucun départ de feu n’était lié à un défaut intrinsèque d’un compteur« .

Un compteur « imposé » au client

Plus de peur que de mal pour les propriétaires, puisque le compteur Linky était installé à l’extérieur du domicile. A son arrivée, le technicien aurait indiqué que même les anciens compteurs pouvaient prendre feu. Mais Anne Lupo n’y croît pas.

La propriétaire est d’autant plus contrariée, qu’elle estime que le compteur lui a été « imposé par Enedis« .

« On a reçu un courrier pour changer les compteurs, précisant que ce n’était pas obligatoire. Je n’ai jamais réussi à joindre quelqu’un, et avant la date butoir, le compteur était changé. J’étais folle de rage« , explique Anne Lupo.

Le compteur Linky est depuis plusieurs années au centre de vives polémiques : installations sans consentement, ondes électromagnétiques pouvant entraîner des risques sanitaires…

Depuis son déploiement en 2015, de nombreux habitants ou collectifs luttent contre le nouveau compteur d’Enedis

Dans un rapport publié en juin 2019, l’Académie des technologies, établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère de la Recherche, répond que ce compteur n’est pas dangereux.

Les scientifiques pointent plutôt des problèmes de pose, liés « à la qualité du geste technique de serrage », comme étant à l’origine des incendies de compteurs.

De son côté Enedis vante un compteur intelligent et communicant, permettant de mieux maîtriser sa consommation d’énergie.

D’après Enedis, 35 millions de foyers français seront équipés d’ici fin 2021.

Source France3

 

Justice: Une nouvelle victoire contre Linky

Une nouvelle décision de justice vient, au nom du principe de précaution, protéger pour quelques années ceux qui ne veulent pas du compteur intelligent Linky.

LINKY - Action nationale MySMARTcab

Nouvelle bataille judiciaire dans le combat opposant Enedis à ses clients dans le déploiement de Linky . Et nouvelle victoire pour ses détracteurs, cette fois-ci au nom du principe de précaution.

Au cœur de l’affaire, un particulier atteint d’hypersensibilité électromagnétique qui refuse l’installation chez lui du compteur communicant Linky. Les juges d’appel, confirmant les mesures protectrices ordonnées en référé, ont estimé qu’Enedis avait violé le principe de précaution en ne tenant pas compte des incertitudes sanitaires reconnues par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Et que ce principe pouvait être invoqué en référé.

« Sa méconnaissance cause un trouble manifestement illicite qu’il convient de faire cesser », a estimé la cour d’appel. « Une procédure collective doit être lancée d’ici l’été, et le procès va durer des années. Les victimes pourront ainsi être protégées grâce au référé, le temps que l’on statue sur le fond de leur dossier », se réjouit Arnaud Durand, avocat.

Cette décision a été rendue par la Cour d’appel de Grenoble le 10 mars 2020, avec le n° RG 19/03354.

Source: ICI

Incendie de compteur, le pire évité par l’habitant avec son extincteur…

À Trith-Saint-Léger, un feu de compteur provoqué par une pompe à chaleur ?

Ce mercredi matin, un incendie a éclaté, rue Marceau à Trith-Saint-Léger, chez des sexagénaires qui devront rester chez leur fils durant plusieurs jours. Le feu, qui a pris au niveau du compteur, a pu être maîtrisé avant qu’il ne se propage au reste de la maison.

Le feu a pris au niveau du compteur électrique. PHOTO «
LA VOIX
»

Le problème, c’est que la totalité des 2830 linky de la commune ont été installés, ce qui laisse quand même un sérieux doute sur l’origine.

Vers 8 h 30 mercredi, près d’une vingtaine de sapeurs-pompiers de Trith, Valenciennes, Douchy et Denain ont convergé vers la rue Marceau. C’est un couple de sexagénaires qui a alerté les secours. « On venait de se réveiller. J’étais aux toilettes lorsque j’ai entendu un gros claquement. Sur le coup, j’ai pensé qu’un fusible avait dû sauter », explique l’habitant. Mais l’odeur de brûlé était prégnante. Lorsqu’il a ouvert la porte du placard qui abrite le compteur électrique, « c’était en feu !, décrit le couple. Et le détecteur de fumées s’est mis à sonner ».

Les pompiers, qui étaient assistés par une patrouille de police et des techniciens d’Enedis, ont pu maîtriser le sinistre à l’aide d’un extincteur avant qu’il ne se propage au reste de la maison. Si les dégâts sont limités, le couple devra dormir chez son fils durant plusieurs jours, le temps que le réseau électrique puisse être réparé. « Ce qui nous interpelle, c’est qu’un chauffagiste nous avait installé une pompe à chaleur il y a huit jours », poursuivent les Trithois. En montrant comment le câble du chauffage était connecté au compteur. Un lien sera-t-il établi entre les deux événements ? Ce sont les experts en assurance qui se pencheront sur la question.

Le doute reste prégnant malgré les explications sur l’éventuel origine. 

source ici

Incendie évité par l’intervention d’un voisin, Enedis n’y voit pas de la même façon.

Témoignage d’un habitant d’un immeuble à Grasse, qui a évité le pire, par son intervention.

linky vis non serré

Suite à une panne d’ascenseur qui dure depuis presque 3 semaines, et  à l’intervention du dépanneur, un habitant de Grasse, sauvent tous ses voisins d’un incendie, par sa recherche de la panne, quel fut sa découverte.

Surpris de constater que le linky qui désert l’alimentation de l’ascenseur a une des bornes même pas serrée, et le fil en dessous noirci.

Il appel Enedis, qui lui reproche d’être intervenu et de lui mettre une amande.

Voici son témoignage en image, et la conversation avec l’agent Enedis.

 

Linky posé il y a 1 an 1/2 se consume sous ses yeux. Son assurance refuse de lui rembourser son portail détruit par les flammes.

Linky posé il y a un an et demi se consume sous ses yeux.

Son assurance refuse de lui rembourser son portail détruit par les flammes.

Linky incendie se consume sous ses yeux

« L’air inquiet, Matthieu Violette contemple son portail en partie fondu par les flammes.
« Heureusement que le compteur était dehors et pas dans mon sous-sol », souffle cet habitant de l’avenue du Maréchal-Leclerc, à Frépillon. Le 24 février, vers 4 heures du matin, Matthieu et sa femme sont réveillés en sursaut par des détonations.
« Cela faisait comme des petites explosions. On pensait à un feu d’artifice, mais une fois dehors, j’ai vu des flammes au-dessus de mon portail », raconte le jeune homme.
Son compteur électrique Linky® se consume sous ses yeux. « L’incendie a été éteint par les pompiers, mais on voyait encore des arcs électriques, se souvient Matthieu. Le technicien d’Edf qui est intervenu était tout penaud et n’a pas su me dire pourquoi mon compteur avait pris feu. »

ORIGINE INCONNUE

Deux semaines après cet événement, l’origine du sinistre n’est toujours pas connue. Pour Matthieu, l’hypothèse d’un incendie volontaire ou d’un acte de malveillance est peu crédible.
En revanche, il s’interroge sur la qualification des entreprises prestataires chargées de la pose du compteur par Enedis (ex-Erdf en charge du réseau et de la pose des compteurs Linky, Ndlr). Depuis l’installation de son Linky®, il y a un an et demi, les dysfonctionnements se sont accumulés.
« Dès qu’ils l’ont posé, j’ai eu des soucis avec mon déclencheur jour-nuit et je n’avais plus d’eau chaude le matin, explique-t-il. Ensuite, Enedis m’a contacté pour me dire qu’ils n’arrivaient pas à enregistrer ma consommation d’électricité. »

REFUS DE L’ASSURANCE

Depuis l’incendie, Matthieu est toujours dans le flou : « Je n’ai eu aucun retour de la gendarmerie ou d’Enedis », soupire-t-il. Pire ! Son assurance refuse de lui rembourser son portail détruit par les flammes.
« Elle considère qu’il s’agit d’un bien extérieur et que cela n’est pas pris en charge par mon assurance habitation, peste le père de famille frépillonnais. J’en suis de ma poche pour remplacer mon portail et je devrai me retourner contre Enedis. »
Installé par vagues successives dans toute la France, le nouveau compteur communiquant Linky®, qui mesure et transmet en temps réel les consommations d’électricité, fait l’objet de nombreuses polémiques.
Celui-ci est mis en cause dans plusieurs cas de départs de feu en France. Invité à s’exprimer sur ce sinistre, Enedis livre sa version des faits :
« Les équipes d’Enedis ont été contactées par les pompiers et sont aussitôt intervenues pour mettre en sécurité l’installation électrique et rétablir l’électricité chez le client de manière provisoire. À ce jour, aucun fait ne permet de déterminer l’origine de l’événement. Les causes d’un incendie sont multiples et l’analyse de chaque cas est complexe. Il convient donc de ne pas tirer de conclusions hâtives qui ne s’appuient sur aucun fait avéré. Par ailleurs, aucune expertise d’assurance n’a jamais mis en cause le compteur Linky en France sur un sinistre. Dans le cas où la responsabilité d’Enedis serait mise en cause par les expertises, l’entreprise assurera pleinement sa responsabilité. » » »

Par : Romain Dameron|
Source actu.fr